nepal

On a marché dans l'Himalaya

par
Mis à jour: 18/02/2017

Voici un petit compte rendu de nos 12 jours passés dans les montagnes de l’Himalaya népalais. Un endroit magiques aux paysages variés, de la jungle tropicale aux sommets gigantesques enneigés pour finir dans une partie désertique.

nepal

Jour 1 - Le shaker à vomi

Pokhara - Besisahar (820m)

Par William:
Le premier jour, nous nous sommes rendu à l’arrêt de bus de Pokhara pour 6:30. Nous avions acheté nos billets directement à l’hôtel pour un montant de 500RS (5CHF). En arrivant, nous fûmes surpris de voir que le bus qui effectuait cette liaison était un bus local. Les bus locaux sont plus petit, et le confort n’est pas au rendez-vous. Le bus qui nous était attribué était déjà presque plein à notre arrivé. Par chance, nous avons réussis à nous trouver 2 places côte à côte. Pour d’autres, malheureusement, leurs places se situait à même le sol ou entassé à l’avant à côté du conducteur.

Après de longues minutes d’attente, nous partîmes enfin. Ensuite, ce fût l’un des trajets en bus des plus rocambolesque que nous ayons connu. Le bus s’arrête dans tout les petits villages que nous traversons pour faire monter des gens. Etant donné que la place manquait déjà, les gens se retrouvaient, soit debout dans l’allée centrale étroite soit entassés les uns sur les autres à côté du conducteur. Et là, la fête commence !!! Une enfant, à l’avant, se met à vomir (fort heureusement dans un petit sac), puis c’est au tour de sa maman, qui fait de même à plusieurs reprises. L’odeur du vomi atteint 2 personnes assises juste derrière elle, en face de nous. Ils se mettent tout d’abord à rire, puis se couvre le nez et la bouche tant l’odeur les répugnent. Nous ne tardons pas à faire de même, et rions ensemble avec les 2 occidentaux tout en nous couvrant le nez et la bouche. Quelques minutes après, une petite mamie assise sur un banc de fortune dans l’allée à coté de nous vomit à son tour, dans ses mains… la pauvre…

Ce bus ressemblait vraiment à un shaker (vu l’état des routes) mélangeant personnes et vomi… C’était très drôle. Heureusement, 5 heures plus tard, nous arrivâmes à Besisahar… en un seul morceau.

Cette épisode nous a permis de rencontrer, Noang et Michelle. Michelle est d’origine américaine et elle s’est installée au Népal pour ouvrir une école d’anglais pour les népalais avec Noang. Cela fait maintenant trois ans qu’elle est ici et apparement sa méthode d’enseignement est très appréciée par la population. Ces cours sont gratuit, ce qui permet aux plus démunis d’avoir une opportunité d’apprendre l’anglais.

Besisahar (820m) - Koto (2640m)

Par William:
Arrivés à Besisahar, Michelle nous propose de partager les frais pour prendre une jeep jusqu’à Chame. Elle nous explique qu’ils préfèrent commencer le trek là où la route se termine. Cela nous parait une bonne idée, nous acceptons.

Ce voyage en jeep, qui apparaissait comme une idée bien venue, s’est vite transformé en cauchemar. En effet, les routes ne sont pas goudronnées. Elles ressemblent plus à des pistes. Elles sont étroites, jonchées de grosses pierres, parfois extrêmement boueuses, très abruptes et bordées de précipices d’une centaine de mètres. De plus, le conducteur, afin de rentabiliser son trajet, faisait monter les habitants du coin à l’arrière du pick up (nous étions 7 à l’intérieur), nous devions à certain moment, être au moins 15 dans et sur la jeep. C’est d’ailleurs à ce moment que nous nous sommes retrouvés à traverser une passage difficile. Ce passage était extrêmement étroit et abrupte, sur un sol de grosses pierres mouillés par une rivière traversant la « route ». La jeep surchargée s’est mise à déraper sur une énorme pierre polie que nous devions passer, si bien qu’elle s’est mise à reculer jusqu’au bord du précipice sous les cris des 7 personnes à l’arrière. Les gens à l’intérieur était blancs de peur. Finalement, le conducteur à réussi à stopper son véhicule… a pris un grand élan, et a passé ce passage… Oufff !

Pour Michelle, Roxane, Noang et moi, s’en était trop. La nuit et le brouillard bouchait de plus en plus la vue. Nous avons donc décider de descendre de la jeep au prochain village, Koto. Nous avons passé la nuit dans un lodge de ce village.

Jour 2 - Première Marche

Le passage d'un pont (très nombreux sur le chemin)

Koto (2640m) - Lower Pisang (3200m) - 7h

Par William:
Notre premier jour de marche commence. Nous faisons un bout de chemin avec Noang et Michelle. Nous constatons assez vite que nos sacs sont très lourds, surtout comparés à ceux de nos deux amis, qui étaient beaucoup plus petits. Mais bon, on voulait quand même pas acheter 2 sacs exprès pour le trek. ;)

Le chemin était forestier, et ressemblait beaucoup à nos forêts suisses. Nous pouvions apercevoir de magnifiques chutes d’eau le long du chemin. Après quelques heures de marche, Roxane et moi-même avions décidé de faire une petite pause à Dhikur Pokhari, afin de boire un petit café. Michelle et Noang ont continués leurs chemins, nous devions les retrouvés à Lower Pisang. Mais on ne les a jamais re-croisés sur le trek.

Jour 3 - Découverte

Une stupa sur le chemin

Lower Pisang (2640m) - Braka (3439m) - 8.30h

Par William:
Cette randonnée proposait 2 parcours. Le premier (lower trail) passait par la route avec un dénivelé de ~200m, facile ;). Nous avons fait le choix de prendre le « upper trail » car selon nos différentes lectures (blogs, guides, sites) il permettait de voir plus de sommets. Le prix à payer était le dénivelé, relativement important, et la longueur du trail, sensiblement plus long. Nous nous sommes donc engagés sur cette voie. Le chemin passait par différents villages très pittoresques, dont Ngawal (3660m), un petit village charmant comprenant de nombreux lodges. La suite, bien que difficile, nous a effectivement permis d’apercevoir des sommets de plus de 7000m, malgré le ciel capricieux. En passant par le « upper trail » nous avons aussi eu la chance de voir un superbe monastère au milieu de nulle part… C’était magique! Puis, en passant par Julu, nous nous sommes trompés de chemin, si bien que nous avons encore allongé notre parcours. La descente en direction de Braka semblait interminable, dans un paysage plus désertique. Mais voilà, nous sommes arrivé à Braka, un petit village très sympathique. Nous nous sommes installé au « New Yak Lodge » (on vous le recommande) ou le sourire des hôtes, la vue sur les montagnes depuis la vallée, nous ont tout de suite conquis. Nous ne fûmes pas déçu, le lodge était propre, et nous pouvions prendre une douche chaude au rez… PAR-FAIT ! ;)

Jour 4 - Mensonges !!!

Une petite pause bien méritée sur le chemin.

Braka (3439m) - Ice Lake (4600m) - 6h30h

Par Roxane:
Ce jour là, nous avions entendu parlé d’un lac, le ICE LAKE vendu comme magnifique. Cette randonnée est également une bonne aide pour l’acclimatation à l’altitude. Le trek démarre depuis Braka pour s’aventurer à 4600m, merci le dénivelé… Motivés comme jamais, nous sommes partis de bonne heure afin d’éviter le vent qui se lève vers 11h généralement en hauteur. La première heure fût assez facile malgré une bonne montée. La deuxième heure me paru déjà insoutenable.. Je commençais à ressentir une grande fatigue, des essoufflements suivi d’étourdissements ( sûrement liés à l’altitude). La troisième heure… je craque.. je n’en pouvais plus. Mes membres étaient comme endormis et ils me semblaient lourds. Je me sentais faible, incapable, et je me demandais vraiment quand est-ce que ce foutu lac allait apparaître! En pleure, je m’arrête net. Heureusement William et sa positive attitude ( que j’ai absolument détesté à ce moment précis ) m’ont finalement convaincu de continuer. Will m’a fait miroité que le lac n’était plus très loin.. Lui aussi commençait également à avoir mal à la tête et il se sentait aussi gentiment à bout de forces… Normalement, d’après les informations reçues de l’hôtel, il fallait trois heures pour atteindre le lac. Mensonges!!! mon mot préféré pour tout le trek. Lors de ce moment de désespoir, on croise un type qui redescendait et qui nous dit: courage, il vous reste plus que 15-20 minutes. Mensonges encore une fois!!! ils nous a fallu encore 1h pour atteindre une gouille perdu au milieu d’un décor désertique! l’horreur! je ne referais plus jamais ce foutu ICE Lake même si il m’a permis et William aussi, d’affronter plus facilement Thorung la Pass. En haut, un groupe super gentil, nous accueille à bras ouverts en nous félicitant. Ils avaient également trouvés que cette montée était interminable et ressentaient également plusieurs symptômes liés à l’altitude. Je n’ai même pas réussi à faire les trois mètre qui nous séparaient d’eux. Je me suis littéralement écroulée par terre. Bref, deux trois photos vite fait et on a fichu le camp en saluant le groupe resté en haut, sans savoir que ceux-ci allaient devenir nos compagnons de trek pour une bonne partie de la suite.

Jour 5 - Chill Day

L'arrivée sur Manang.

Braka (3439m)- Manang (3540m) - 40min

Par William:
Après un bon déjeuner et une courte discussion avec nos hôtes aux sourires radieux, nous nous sommes gentiment dirigés vers Manang (petite ville principale de la région) où nous avons prévu de passer un jour tranquille d’acclimatation. Nous sommes allés au « Tilicho Peak Hotel », rien d’exceptionnel. Des voyageurs espagnols rencontrés quelques jours auparavant logeaient dans un lodge à l’entrée de Manang… il est bien y parait (chambre gratuite à condition que vous mangé sur place).

Bref, après nous être installés et avoir nettoyé nos vieux slibards et vêtements odorants de tout genre au bassin extérieur, nous sommes allés découvrir la ville. La ville n’est pas spécialement jolie. L’association HRA (Himalayan Rescue Association), qui se trouve à l’entrée de la « ville » proposait des « Lecture » aux sujets du mal des montagnes. Roxane et moi-même, qui avions ressenti quelques symptômes lors de notre ascension au « Ice Lake », nous dîmes que cela pouvait être intéressant. On vous le recommande, nous avons appris pleins de choses au sujet du mal des montagnes (nous avons consacré un article à ce sujet ici). Cette association prodigue aussi des soins gratuitement aux populations locales.

Le soir, certains lodges et hôtels, faisaient des projections de films. Trop bien! vous connaissez certainement mon amour pour le cinema (et le canapé). Nous sommes donc aller voir le film « Into the void », un film / documentaire sur les déboires de deux alpinistes britanniques lors d’une expédition en Amérique du sud.

J’ai trop aimé ce chill day… faut avouer que nous en avions grandement besoin…

Jour 6 - On a marché sur la lune

Un paysage lunaire

Manang (3540m) - Tilicho Base Camp (4150m) - 7h

Par Roxane:
07:00 du matin, départ pour le Tilicho Base Camp depuis Manang pour atteindre le Tilicho Lac, le lac le plus haut du monde à 5014m. Le temps, ce jour là, n’était pas des plus favorable. De la pluie et du brouillard étaient au rendez-vous. Après les trois premières heures de marche, nous nous sommes arrêtés à Khangsar car il y avait nos amis du Ice Lake (Marlyse hollandaise, Frank et Peter deux frères hongrois et Sebastian un chilien). Après quelques fous rire et un café sucré au lait de yak, on les abandonne pour reprendre la route jusqu’à Shree Kharka où l’on avait prévu de dîner une soupe à l’ail. Un chemin de descentes et de montées à n’en plus finir… toujours suivi de la pluie malheureusement. Après Shree Kharka, nous entamâmes nos trois dernières heures de marche pour le Base Camp. Un paysage lunaire et sombre se déroulait sous nos pieds, Le Mordor comme l’a surnommé William. Il fallait faire attention à plusieurs reprises car on traversait souvent des zones où le risque d’éboulement de pierre est fréquent surtout en cas de mauvais temps. Sur la route, on a croisé des Yaks, un népalais sur son cheval et des locaux qui portaient d’énormes planches de bois sur le dos. Ils sont incroyables! On se sentait tout petit avec nos sac à dos. Ce fût une marche éprouvante mais magique en même temps. On était quand même content d’arriver au Tilicho Base camp…

Jour 7- De l’eau douce aux portes du ciel

Tilicho Lake (5014m)

Tilicho Base Camp (4140m)-Tilicho Lac(5014m)-Shree Kharka(4076m)-8h

Par William:
Nous nous sommes levés à l’aube pour gravir la difficile montée jusqu’au Tilicho Lake, conscient de la longue marche qui nous attendait ce jour-là. Le sentier jusqu’au lac était difficile et en constante montée, mais rien à voir avec le « Ice Lake », heureusement. Après cette montée, sous un temps dégagé, le sentier suivait un petit plateau en légère montée bordé de sommets enneigés. Des grondements ressemblant à ceux de l’orage se faisait entendre autour de nous. Nous étions témoins de deux avalanches successives sur les sommets qui nous entouraient. C’était impressionnant, mais nous étions assez loin de ceux-ci, rassurez-vous.

Ce léger faux-plat passé, l’horizon nous a découvert peu à peu une magnifique étendu d’eau couleur azure. Le Tilicho Lake, nous y sommes enfin, et cela en vaut la peine. C’est juste grandiose ! Roxane nous lâche une petite larme…

Nous sommes restés une heure à contempler ce spectacle, avons pris quelques photos et sommes redescendu*. Le vent se levait, et avec lui, l’air glacé…

Parce qu’il le fallait, nous sommes redescendu au base camp, et sommes reparti pour 3h de marche en direction de Shree Kharka. Le tilicho Lake est l’une des plus belles choses que nous ayons vu durant notre trek, si vous faites le tour des annapurnas, ne le manquez pas, ce serait une erreur.

*Nous nous sommes aussi forcé à fumer une cigarette au sommet pour contrarier un ami (Vincent, si tu lis ça, c’est pour toi ;)).

Jour 8 - Kaputt !

Sur le chemin du Tilicho

Shree Kharka(4076m) - Letdar (4200m) - 5h

Par William:
Après la longue journée pleines d’émotions du jour précédent, nous nous étions programmé une petite journée de marche tranquille. En effet, nous devions juste rallier « Letdar » à 5 heures de marche de là. Pour ce faire, nous sommes passé par le pittoresque village de Yak Kharka, un village où beaucoup de trekkers choisissent de passer la nuit, car bien plus joli que Letdar. Ce village a une superbe vue sur les montagnes et est situé dans une vallée bien exposée au soleil. Pour nous, il était plus important de nous rendre à Letdar, car cette avance nous permettait de gagner un jour de trek et de conserver une altitude progressive.

Arrivé à Letdar, nous avons retrouvés nos amis de galère du « ice lake ». Nous avons ensuite passé la soirée à échanger, rire, et jouer à un jeu de cartes bien particulier. Ils ont appelés le jeu le « Kaputt », sorte de « UNO » avec des règles improvisées et améliorées aux rythmes de leurs rencontres en voyage. On a passé une super soirée!… dans la plus grande simplicité… malgré l’odeur dominante de pieds meurtries par les longues heures de marche ! #roxanepiedsquipuent

Jour 9 - Dodo à près de 5000m.

Quelques Yaks.

Letdar(4200m) - High Camp (4925m) -3h

Par William:
Parce que nous avions fait des marches d’acclimatation (Tilicho lake, Ice Lake), nous nous sommes dit que nous pourrions tester de monter sur l’avant dernière marche du trek, le High camp (4925m). A cette altitude, le mal des montagnes touche près d’une personne deux (src: HRA). C’est pourquoi, nous sommes parti de bonheur pour y arriver tôt, afin de pouvoir redescendre dans la journée si nous étions pris de malaises. Après une étape à Thorung Phedi (4525m) pour déjeuner une soupe à l’ail, nous avons entamé la courte (1km), mais néanmoins rude montée jusqu’au high camp.

Sur place, après quelques heures d’auto-observation mutuelles, nous n’avions pas de symptômes de « mal des montagnes ». Ce ne fût pas la même histoire pour un couple français rencontrés quelques jours auparavant à Manang. Le mari était pris de fort migraines et vomissements, impossible pour eux de tenter la nuit à cette altitude. Ils ont du renoncés à passer le col de Thorang-La (5400m). Ce qui signifiait retourner au départ du trek (Besisahar).

Cette après-midi / soirée nous a permis de rencontrer 2 voyageurs, Charline & Alex. Ils viennent de suisses et parcourent le monde depuis près de 6mois. Nous avons tout de suite eu un bon feeling avec eux, et avons passé une super soirée aussi en compagnie de notre groupe de voyageurs hétéroclites ! Kaputt !

Jour 10 - D-Day

Thorang-La (5400m)

High Camp(4925) - Thorang-La (5416m) -3h

Par Roxane:
5h00, départ pour le grand Thorang La, après une bonne omelette à l’ail ( et oui l’ail est fortement recommandé par les sherpas pour l’altitude). Dans la nuit, nous commençons notre ascension éclairé de nos lampes frontales. La nuit noire laisse gentiment place à un décor majestueux. Le soleil découvre petit à petit le rideau de l’obscurité déposé sur les monts enneigés. le paysage qui s’offre devant nous est indescriptible! Tel des fourmis, on se balade aux milieu de ce décor impressionnant à couper le souffle ( dans tous les sens du terme…)

Je fûs de nouveau victime de l’altitude. Mon corps ne suivait pas, mes jambes ne répondaient plus et je m’essoufflait de plus en plus. Je pensais de nouveau ne pas pouvoir y arriver. Se sentir autant faible est rageant surtout lorsque l’objectif est presque atteint. Dans la souffrance et la rage, j’y suis quand même parvenue. William n’eu aucun problème de ce côté là. J’en étais verte. Après 3h00 intense, nous y voilà! Thorung La Pass juste sous nos yeux. L’émotion prit vite le dessus et nous étions vraiment fier de nous.

Nous avons profité de cet instant magique pour souhaiter la bienvenue à Wilson en inscrivant son nom dans la neige (sans savoir qu’il était déjà né). William a aussi profité de cette belle occasion pour faire un hommage à son papa en déposant une photo au sommet d’une structure de pierres… un instant fort en émotion.

Quelques part, entre le ciel et la terre.

Le vent commençant à se lever, nous décidâmes d’entamer la longue descente de 4h pour atteindre Muktinath (3800m). Plus tard, la neige laisse place à un univers assez brut. La descente est raide et il faut faire attention à de ne pas glisser. On aperçoit enfin Muktinath. Un village entouré de monastère et visité par principalement des pèlerins. Nous avions entendu parlé du lodge « Bob Marley » et c’est la que nous nous sommes installés pour nous reposer. Charline et Alex sont aussi à l’hôtel, trop génial :) On va fêter notre ascension autour d’une bonne bière, bien méritée !!!

Petite anecdote: lors de notre arrivé à la lodge, Charline était toute seule car Alex se reposait après cette dur journée.. mais quelques heures plus tard, toujours pas de nouvelles d’Alex et Charline s’inquiète. Elle va donc le voir et là il s’est avéré qu’Alex était enfermé dans la chambre depuis tout ce temps :) Il essayait désespérément de nous faire signe lorsque l’on buvait notre bière tranquille sur la terrasse. On en a bien rigolé.

Jour 11- 12 Bus de l’enfer

Le bus en panne.

Muktinath (3800m) - Pokhara (820m)

Par William:
Après ce magnifique trek, il nous semblait logique (Charline, Alex, Roxane et moi) de nous diriger vers Pokhara afin de passer quelques jours tranquilles. Mais surtout, nous avions tous réellement besoin de se doucher à l’eau chaude et de faire de la lessive (on puait du cul). C’est pourquoi nous nous sommes naturellement dirigé vers les bus afin de retourner à la civilisation afin de profiter d’un minimum de confort.

Nous avions commencé à descendre en direction de Jomson à pieds lorsqu’un bus passa près de nous. Nous l’avons stoppé et sommes montés à l’intérieur jusqu’à Jomson. La route était en pas trop mauvais état, le trajet ne fût pas « trop » désagréable. Arrivés à Jomson, nous sommes montés dans un autre bus, ralliant Jomson à Ghasa. Comme d’habitude, le bus s’arrête dans tous les bleds pour faire monter les gens. Les places, évidemment, sont rares, et les gens s’entasse où ils peuvent. A un arrêt, une mamie transportant un énorme sac de riz monte dans le bus, accompagnée d’une jeune femme et d’une enfant. Celle-ci se cale entre-nous (à l’arrière), prends l’enfant dans ses bras et me la met sur les genoux. D’abord surpris, je ne savais pas trop quoi faire…. puis, peu à peu, je me suis donné comme mission de protéger cette enfant contre les géants sauts provoqués par l’état des routes (pour éviter qu’elle ne se tape la tête contre les sièges). Je m’en suis pas trop mal sorti apparemment, en effet, la petite a fini par s’endormir dans mes bras, la tête contre mon torse. C’était chou.

Il était quand même temps d’arriver à Ghasa.

A l’origine, nous devions prendre un bus de Ghasa à Beni, dans le but de prendre une correspondance directe pour Pokhara. Mais il semblait que le chauffeur n’avait pas envie d’assurer la liaison (en raison d’une fête religieuse). Bref, nous avons donc pris un bus pour Tatopani (cela nous rapprochait au moins de notre destination). Là, l’état des routes était vraiment catastrophique, je me suis vue plusieurs fois en bas du ravin, et je n’étais pas le seul apparemment. Charline, notre amie, a eu vraiment peur, si bien qu’elle a décidé de descendre du bus et de continuer à pieds. Alex l’a accompagnée. Nous nous sommes un peu inquiétés pour eux, le soleil commençait à se coucher. Heureusement, tout s’est bien terminé et nous avons pu les retrouver dans un lodge de Tatopani le soir-même.

Will, Charline et Alex. Deux voyageurs suisses rencontrés pendant le trek.

Le lendemain matin, nous sommes parti avec le premier bus (et surement le seul) pour Pokhara. Ce trajet nous a pris la journée… mais ne m’a pas paru horrible… je pense que je me suis fait au rythme local. Le bus est, de plus, tombé en panne. Nous avons donc attendu 3 heures pour qu’un autre bus vienne nous récupérer (le temps de faire une grosse partie d’echec avec Alex).

Bref, nous sommes enfin arrivés à Pokhara, après 2 jours de trajet. Si nous avions a le refaire, nous prendrions l’avion depuis Jomson (80$ et 15min de trajet seulement).

Checked !

  • Manger du Yak
  • Overdose de soupe à l'ail
  • ampoules
  • Belles rencontres
  • Pleurer
  • Passer près de la mort en bus
  • Gravir des sommets
  • être emerveillé
  • Etre fier

Budget voyage Népal: 48.32CHF/jour

En savoir plus
Catégories % Dépenses
Nourriture
43.8%
21.14
Logements
13.9%
6.71
Transports
9.8%
4.73
Activités
8.1%
3.90
Bières
6.0%
2.88
Cigarettes
5.3%
2.57
Divers
4.1%
1.99
Trek (permis)
3.8%
1.83
Visa 90jours
3.2%
1.55
Habits
0.6%
0.31
Carte Sim
0.5%
0.25
Pharmacie
0.4%
0.21
Dons
0.3%
0.14
Frais de retrait
0.2%
0.11
Total
pour 2 pers / jour
48.32

Les Clichés

Voir les photos

D'autres articles super cool !

Retour aux articles

La Patagonie

Quelques nuits dans une température glaciale, une dégustation de vins chilien & argentin inattendue, des rencontres "géniales" et... des paysages exceptionnels !

Trek dans le nord birman

Au départ de Kyaukme, en moto et à pieds, nous avons parcourus quelques kilomètres dans les campagnes du nord à la rencontre des habitants. Le sourire des enfants, la présence militaire et l'explosion d'une bombe ont marqué cette aventure...

A la rencontre des Navis

Souvenez-vous du film Avatar, de ses gigantesques pics mystiques embrumés, de ses monts verdoyants... Pour les paysages, James Cameron s'est inspiré d'un des plus beau parc de la Chine, le parc Zhangjiajie.